L'enfer vert dans le monde rouge

EXPLORATION & EXPLOITATION ALLUVIALE
PHOTOGÉOLOGIE | SISMIQUE | FORAGE BANKA | GESTION | ENTRAINEMENT

Cliquez pour voir le profil professionnel


OR
  or
  chimie d'or
  gold transport
  gold production
Géologie d'Or
  dépôts
alluvionnaires

  dépôts primaires
  gold maps
Histoire d'Or
  traditions d'or
  primitive
  classique
  médiéval
  renaissance
  après-renaissance

DIAMONDS
  diamonds
  exploration
  diamond production
  commerce des diamants
  diamond value
  diamond wars
  coupe du diamant
Histoire du diamand
  mining history
  grands et fameux
Images des Diamants
  images des diamants
Pierres Précieuses
  rubies
  sapphires
  emeralds
  aquamarines
  gem cutting

EXPLORATION ALLUVIAL
  survey
Foreuses BANKA
  drilling manual
  HAND drills
  drill parts
  tools 1
  tools 2
  tools 3
  tools 4
  MOTOR drills

EXPLOITATION ALLUVIAL
example
Engines
DEUTZ engines
diesel-engines
Equipments
mining systems
gravel pumps
water pumps
high pressure
 water pumps

pump stands
couplings
engine-pump frames
Pipes, Hoses, etc.
water systems
Recovery systems
recovery systems
gold recovery
diamond recovery
River Dredges
diver-less dredges
Accessories
generators
firefighting pumps
Trucks 4x4
4x4 trucks
Spare Parts
parts
Pricing
Prices

SERVICES
photogéologie
sismique
gestion
profil professionel
photos
contact

english version - the english version la versíon española - la versíon española

DIAMANT

La Coupe du diamant

Les principes généraux d'art de la coupe de pierre précieuse ont déjà été considérés; cependant, la coupe du diamant à cause du clivage parfait et la dureté énorme de la pierre, exige des méthodes spéciales qui doivent être considérées séparément.

Comme nous avons vu, les diamants sont coupés le plus fréquemment en forme de brillant. Cette forme est comparable à cela d'un octaèdre dont deux coins en face ont été tronqués. Un octaèdre tronqué, par conséquent, peut être transformé en un brillant en ajoutant simplement les facettes nécessaires; d'où la forme du cristal lequel peut être coupé le plus commodément un brillant, est l'octaèdre. Les cristaux de la forme montrés dans (Fig. n et Fig. o) par conséquent conviennent spécialement pour les façonner en brillants. Le dodécaédron rhombique et l'hexakis octaèdre (Fig. c et Fig. d) aussi conviennent; mais les pierres dont la forme diffère largement de l'octaèdre régulier, par exemple Fig. e et Fig. f; ne peuvent pas être transformé ainsi facilement en brillants. Avant que une telle pierre soit facettée, elle est réduite par le clivage à la forme d'octahedra pour éviter le processus fatigant du broyage des portions qui ont besoin d'être enlevé. La propriété du clivage est alors très utile au coupeur du diamant, car elle épargne beaucoup le travaille du broyage, plus les fragments enlevés par le clivage peuvent être utilisés pour les façonner en plus petites pierres précieuses; en plus, la propriété peut être utiliser pour enlever les portions défectueuses d'une pierre ou de diviser une grande pierre de forme mal assortie en plusieurs plus petites. Cependant, l'opération est une qui demande le plus grand soin; l'ouvrier devrait être capable non seulement à détecter la direction du clivage de la forme extérieure du diamant rugueux, mais aussi de reconnaître l'existence du jumelage dans un cristal. Toute tentative à fendre un cristal jumelé ou fendre une pierre ordinaire dans une mauvaise direction, résultera probablement plus ou moins en la fracture complète de la pierre.

L'opération de fendre un diamant est confié aux ouvriers compétents est maintenant exécutée en cette manière: La pierre à être clivée est arrangée à la fin d'une manche avec du ciment, tel qu'un mélange de gomme-laque, térébenthine, et poussière de la brique la plus fine, et dans une telle position que la direction du clivage est parallèle à la longueur de la manche. Un deuxième diamant avec un bord projetant est fixé sur une manche semblable avec le bord arrangé au-dessus. En frottant le bord tranchant du deuxième diamant contre le premier, une entaille, dans la direction dans laquelle la pierre doit être clivée, est coupée à une profondeur suffisante. La manche qui supporte ce diamant est mis sur une base élastique ferme, un ciseau fort et affilé, est placé dans la direction adéquate dans l'entaille, et le clivage est effectué en négociant un seul coup vif avec un marteau au ciseau. En chauffant, on peut défaire le ciment, et la pierre est placé dans une autre position si on désire la fendre dans une autre direction. La poudre produite quand l'entaille est faite est attrapée dans une petite boîte fournie d'un crible, et est utilisée dans le processus de polissage.

Il a été déclaré par Tavernier que la coutume de fendre les diamants a été pratiquée en Inde depuis les temps anciens; en Europe, cependant, l'art a été acquis beaucoup plus récemment, et est dit pour commençait avec le pharmacien et physicien anglais Wollaston (1766-1828), de qui on a raconté qu'il lui a été permis de se débarrasser de la pierre à un profit considérable en fendant les portions extérieures défectueuses d'un grand diamant.

Les pierres qui, par la nature ou par la main d'homme, ont été données la forme d'un octaèdre ayant déjà la forme du brillant, peuvent être facetter immédiatement. Le travail de couper les facettes est facilité par une opération préliminaire qu'est confiée aux ouvriers spéciaux et n'est pas exécutée dans le processus de couper toute autre pierre précieuse. Cette opération par laquelle la forme et la place des facettes sont tracées en gros en frottant ou grisonnant la pierre, est connu comme "bruting" (broyage). La pierre est arrangée à la fin d'une manche, et, avec l'exception de la région sur laquelle la facette sera faite, est enfoncé dans un ciment ou dans un alliage fusible du plomb et fer-blanc. La portion projetant est frottée avec une pression forte sur la portion projetant d'une autre pierre montée de la même façon préparant une facette dans la place approximativement correcte et avec une surface assez égale mais rude sur chacune des pierres. La poudre abrasée des deux pierres pendant l'opération est conservée avec soin pour usage durant le polissage. Pendant l'opération de grisonner, lequel, à propos, dérive son nom de l'apparence métallique grise des facettes si faites, le sur-chauffage de la pierre par frottement doit être évité avec soin, car il mène au développement des flocons glacés à l'intérieur du diamant. Cette opération est assistée par un son grinçant particulier qui est dit pour être si caractéristique que seul le propriétaire d'une oreille experte peut déterminer si les deux pierres qui sont frottées ensemble sont des diamants ou les pierres précieuses moins dures.

À l'achèvement de la première étape d'opération la pierre est enlevée en chauffant le ciment ou alliage, et est placée dans une autre position, et les plus grandes facettes restantes sont tracées successivement de la même façon. Les plus petites facettes ne sont pas tracées ainsi par une opération préliminaire, mais par le processus subséquent du polissage. Les pierres, quand prêt pour le processus de polissage sont bornées par plusieurs facettes assez égales, rugueuses, avec un éclat gris, quelque peu métallique; elles n'ont plus l'apparence de diamants, mais ressemble à gris émoussé corps métalliques avec les contours généraux de la forme de la pierre coupée va finalement prendre.

Dans le processus combiné du broyage et polissage, des facettes préliminaires qui peuvent être légèrement inexactes sont rendues strictement exact par le polissage, leurs surfaces rugueuses sont rendues lisses et brillantes, et les plus petites facettes sont ajoutées. Le processus de la coupe est le même comme dans le cas d'autres pierres précieuses, le diamant est incrusté dans l'alliage fusible d'un dop et est placé sur le disque de polissage. Durant le polissage du diamant le disque doit être chargé avec la poudre du diamant qui a bien sûr a la même dureté comme la pierre elle-même. Les opérations de broyage et polissage prend place simultanément, et tout polissage séparé est superflu. Toute la saleté ou la matière étrangère qui peuvent adhérer à la pierre après le processus de coupe sont enlevées par le traitement avec la fine cendre d'os.

Dans le processus de coupe il est important dans laquelle direction le disque de polissage turne à travers la facette qui est travaillée. À cause du fait que le diamant, aussi bien qu'autres pierres précieuses, a un degré différent de la dureté dans les directions différentes, le polissage de ses facettes peut être accompli comparativement avec plus grande facilité dans quelques directions, pendant que dans les autres le processus est extrêmement pénible. Pour éviter le dommage à la pierre et au disque de polissage, le diamant doit être poli "avec le grain"; et l'opérateur devrait se rendre familier avec ces directions de résistance plus faible, autrement son travail sera prolongé inutilement. Par exemple, quand la table d'un brillant sera développé sur un octaèdre, le disque broyeur devrait se déplacer de centre au centre de deux faces en face d'octahedra; si a autorisé à déplacer du bord au bord, la facette peut être développée seulement avec la plus grande difficulté, car dans cette direction la dureté du diamant est beaucoup plus grande que dans l'autre.

Les directions de dureté la plus petite sur les facettes du brillant.

Les flèches indiquent les directions de résistance la plus petite à polir sur chacune des facettes d'un brillant. Les grandes facettes de quatre-côtés au-dessus et au-dessous, à droite et à gauche de la table sont les faces de l'octaèdre.

[ LA PROCHAINE PAGE


Les liens associés: ~EN ARRIÈRE PAGE SUIVANTE

RECOMMANDEZ CETTE PAGE:

Sismique 


Rafal Swiecki, ingénieur géologue contacte par courriel

Ce document est dans le domaine publique.

March, 2011